Rencontre avec Nina Deswarte, architecte de la couleur

  J’ai connu Nina sur les bancs de l’école des arts appliqués, à l’ENSAAMA Olivier de Serres à Paris lorsqu’elle était en section design d’espace. Ce n’est pourtant que des années plus tard, grâce aux réseaux sociaux (merci Instagram), que j’ai découvert son talent d’illustratrice.

De ses dessins jaillit la couleur dans un style qui n’est pas sans nous rappeler le fauvisme. Les traits sont rapides mais toujours justes, la technique faussement simple –allez donc essayer de dessiner en perspective en si peu de temps. Mais c’est définitivement la couleur qui donne toutes dimensions à ses dessins, qui les structure et leur «donne vie».
Rencontre avec une architecte de la couleur.

1) Peux-tu te présenter et nous raconter ton parcours de ces dernières années ?

Je suis Nina, j’ai 29 ans et j’ai toujours aimé dessiner.
Mon amour pour l’art, à la fois l’histoire de l’art et le dessin, m’a mené à l’École des Beaux Arts d’Avignon en Restauration d’oeuvre d’Art avant de poursuivre dans le Design (ENSAAMA Olivier de Serres), et plus spécifiquement en Architecture d’intérieur.

PortraitAprès Paris, je me suis installée à Bordeaux où j’ai dirigé mon agence d’architecture d’intérieur et de design pendant deux ans. J’ai mené à bien une dizaine de projets entre Lille, Paris et Bordeaux incluant la rénovation intégrale d’une ancienne imprimerie en loft à Montreuil, la remise à neuf d’une ancienne brasserie dans le Nord ainsi que le réaménagement d’un restaurant et la réhabilitation de maisons girondines.

Fin 2016, j’ai décidé de changer de cap en me dirigeant vers le graphisme, l’illustration et la communication de manière plus globale au coeur d’un projet innovant et disruptif qui me comble aujourd’hui.

2) Depuis quand dessines-tu et qu’est ce qui t’a mené à une production de dessin quotidienne si prolifique ?

Je dessine et je peins depuis que je suis petite. À l’école primaire, j’adorais illustrer mes cahiers de poésie, j’y mettais déjà beaucoup de couleurs. J’ai été extrêmement créative entre sept et dix ans, je dessinais instinctivement et je faisais beaucoup de peinture. C’est pendant cette période que j’ai appris l’essentiel : le lâcher prise et la confiance en soi.
Le théâtre m’a permis de confirmer ces traits de personnalité, par l’improvisation et l’écoute (de soi et des autres).

Parmi les milliers d’images qui nous traversent l’esprit tous les jours, j’essaie d’en sélectionner une par jour -la plus captivante- et de retransmettre l’émotion par le dessin rapide et spontané pour ne pas en perdre l’essence. Je capture les meilleures sensations d’une journée à la manière d’un journal de pures inspirations visuelles.


3) Combien de temps te prends l’élaboration de tes croquis ?
Où et comment dessines-tu ?

Mes croquis sont rapides, je m’oblige à réduire le temps de création pour garder l’image intacte et vivante dans mon esprit. Cinq à dix minutes suffisent pour mettre l’émotion sur papier.
 L’enjeu est de savoir quand s’arrêter, c’est un équilibre à trouver.

Si je ne produis pas chez moi, je dessine beaucoup sur mes lieux de voyages. J’aime prendre de la place pour être libre de mes gestes et je choisis généralement une grande table sur laquelle je peux étaler toutes mes couleurs.

Atelier
Atelier © Nina Deswarte


4) Pourquoi privilégies-tu les pastels gras ? Quelles autres techniques apprécies-tu ?

Les qualités majeures qui me plaisent dans cet outil sont les infinis mélanges de couleurs, l’épaisseur des contours, la quantité des nuances, la possibilité de gratter la matière, l’instantanéité (du fait de l’absence de séchage) et la puissance du trait.

J’ai longtemps adoré la peinture à l’huile sur toile, l’aquarelle, l’encre de Chine, les pastels secs et le fusain. Le collage est aussi une pratique que j’aime énormément.

5) Lorsque tu dessines, as-tu des idées précises en tête ou laisses-tu place à l’improvisation ? Quels sont tes sujets de prédilection ?

L’improvisation est la part la plus importante de mon processus créatif. Cependant, j’aime aussi revisiter des intérieurs bien décorés, des moments partagés avec des personnes de mon entourage ou mes animaux. Quand je dessine « à l’instinct », la première couleur guide la première forme et cela s’enchaîne assez naturellement, sans que je me pose trop de questions.

Les sujets de mes dessins changent constamment, sans que je le décide vraiment, et varient du figuratif à l’abstrait.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

6) Quelles sont tes sources d’inspiration ? Des artistes de référence ?

Récemment, le Portugal et l’Afrique du Sud sont deux pays qui m’ont vivement inspirés tant dans les motifs, les couleurs, les sujets, que dans le monde animal, la nature et l’architecture.

En parallèle des souvenirs de voyages, je suis influencée par de nombreux courants artistiques du début du XXème siècle, notamment le mouvement Post-Impressionisme -Paul Gauguin (a), Paul Cézanne (b), Vincent Van Gogh (c)- l’Expressionisme -Pablo Picasso (d) et Paul Klee (e)-, le Fauvisme -Henri Matisse (f)- et l’Art naïf -Le Douanier Rousseau (g).

Art Post-Impressionnisme
Art Post-Impressionnisme, moodboard © Nina Deswarte

Sur la scène contemporaine, je citerai le travail époustouflant de l’artiste africain Gareth Nyandoro (h). J’ai découvert des artistes du monde entier sur Instagram et je suis ainsi devenue une grande admiratrice des sculptures de Peter Lubach (i), des paysages colorés de Laurent Corvaisier (j), de la force des œuvres de Vittorino Curci (k), des installations fleuries d’Ann Wood (l), des croquis aux crayons de couleurs de Joey Yu (m) ou encore des céramiques de Claire Jonhson (n).

Art contemporain
Art contemporain, moodboard © Nina Deswarte

7) Comment définirais-tu ton style ?

Entre une forme d’Expressionnisme et d’Art Naïf.

8) Parmi tous tes dessins, lequel préfères-tu et pourquoi ?

Je dirais que mon dessin préféré est « Happy Figure » qui est à la fois doux et puissant. J’ai le souvenir d’avoir été surprise et touchée lorsque le dessin était achevé.

Happy Figure, 21x29,7cm, 2018
Happy Figure, 21×29,7cm, 2018, © Nina Deswarte


9) Vers quelle direction artistique aimerais-tu te diriger avec le dessin (envies, collaborations, sur mesure) ? Des projets à venir ?

Je pense que la prochaine étape sera d’exposer mes dessins et de faire découvrir mon travail aux adeptes des galeries d’art.
L’avantage de passer du digital au réel sera la lecture des textures, des reliefs, des polychromies. Seul un dessin vivant peut transmettre toute son émotion.


10) Y a t’il un message que tu aimerais faire passer à travers tes créations ?

Je ne ressens pas le besoin de communiquer un message en particulier dans mes œuvres, je tiens à ce que chacun éprouve mes créations de façon libre. Je tente de retranscrire tous les jours les images les plus positives et marquantes qui viennent à moi, en espérant intriguer et retranscrire cette énergie.


S’ils ne sont pas chargés de messages, pour ne pas influencer le spectateur, il ne fait aucun doute que les dessins de Nina sont chargés d’émotions.
Ce qu’ils m’inspirent ? Une joie débordante, une énergie solaire, une poésie du quotidien. Une vision à l’image de leur créatrice, un brin hyper active, toujours souriante, la voie dynamique et pleine d’entrain laissant percevoir un esprit créatif foisonnant.

Plonger dans l’univers de Nina, c’est un peu regarder les choses à travers un filtre gai et optimiste où personnages, animaux, plantes ou objets dansent au rythme des couleurs et des motifs dans une harmonie qui leur est propre. Un filtre qu’on adopterait volontiers par ce mois de septembre synonyme de rentrée.



Portrait chinois de Nina

Et si tu étais un(e)…
Couleur : Jaune
Matière : Terre
Métal : Inoxydable
Pierre : Roches de Roussillon
Odeur : Une forêt de Pins
Bruit : Une chouette la nuit
Plat : Les plats de mon amoureux
Goût : Salé
Fruit : La Pêche
Saison : Été
Fleur : La Rose
Animal : Lion
Paysage : Le Fynbos au Cap
Pays : Un faible pour l’Italie
Ville : Bordeaux
Sport : Marathon
Livre : Les Livres d’Art
Poème : Alcool – Apollinaire
Tableau : Intérieur au rideau égyptien de Matisse
Style de Musique : Pop Rock Funk
Film : On Connaît La Chanson de Alain Resnais
Personnage : Peau d’Âne
Photographie : Berenice Abott
Courant artistique : Post-Impressionnisme
Révolution (culturelle/sociale/historique) : Droit de vote des femmes
Époque : le Présent
Vêtement : un beau manteau
Allure : Élégance
Pouvoir : la téléportation
Qualité : La Persévérance
Défaut : Susceptibilité
Expression : Pas folle, la guêpe !
Mot : Exploration

Citation : « On s’assied plus confortablement sur une couleur que l’on aime. »
Verner Panton

Quel pinceau pour quel make-up ?

I. État des lieux

Jusqu’à récemment, mes connaissances sur les pinceaux se résumaient à quelques techniques picturales développées lors de mes études en arts appliqués. Comme toute coquette qui se respecte, je connaissais les pinceaux poudre, blush, lèvres et sourcils. Mais de là à imaginer qu’il existe une dizaine de pinceaux rien que pour travailler le teint… 

Pinceaux couvrant, diffuseur, tapoteur, éventail, correcteur, kabuki, estompeur, mélangeur, ombreur, arrondis, fournis, rectangulaires, plats, biseautés, éventail, eyeliner, ras de cils, creux de paupières… c’est le cas de le dire, il y a de quoi s’emmêler les pinceaux !

J’aurai pu passer des heures sur internet pour comprendre le pourquoi du comment mais une solution m’a semblé beaucoup plus pertinente : rencontrer mon ami Vincent Brière, Make-up Artist, actuellement en formation à l’école Make-up Atelier Paris. Une manière aussi de ne pas être influencée par ce qui a déjà pu se dire et d’apprendre par moi-même.

Ce jour là, Vincent était très occupé à implanter une moustache sur une poupée (décidément ils en apprennent des choses en école de make-up). Je commence par observer sagement son matériel, en particulier sa trousse à pinceaux et là, c’est le drame, je suis perdue.

Trousse pinceaux Vincent
© JITMF

Pourtant j’avais révisé avant de venir, j’avais même fait des fiches mémo comme au collège pour ne pas avoir l’air totalement inculte. Bref, j’ai fini par appeler au secours, n’en déplaise à la poupée encore bien dégarnie. Je demande à Vincent de me montrer ses pinceaux incontournables. Certains le sont tellement qu’il y sont en double (en plus il y a des pièges). Mais ne nous laissons pas impressionner et allons à l’essentiel.

II. Matières et formes

On distingue deux grandes familles : les pinceaux à poils naturels pour les textures sèches ou poudrées et ceux à poils synthétiques pour les matières fluides, crémeuses ou grasses.
Certains pinceaux font cependant exception à cette règle (ça serait trop simple sinon). C’est le cas des pinceaux tapoteurs, également appelés diffuseurs ou encore duo fibre, qui possèdent à la fois des poils naturels et synthétiques. Ces derniers ont l’avantage de s’adapter à la fois aux textures sèches et fluides.

A chaque forme de pinceau correspond un effet recherché : rond pour diffuser, plat pour appliquer, rectangulaire pour tracer, biseauté pour dégrader…
De même, la forme du pinceau varie selon la zone du visage à maquiller. On obtient ainsi quatre groupes : les pinceaux pour le teint, les yeux, les sourcils et les lèvres.

 III. Quel pinceau pour quelle zone du visage et pour quel usage ?

  1. Le teint – Corriger, unifier, matifier, illuminer
Teint
© JITMF

Prémière étape : corriger. C’est à l’aide du petit pinceau rectangulaire ras de cils (1) que l’on vient camoufler cernes, rougeurs et autres imperfections. Si les cernes sont vraiment marqués, on utilise un pinceau correcteur classique (2), légèrement plus épais. Ensuite on applique sa base ou sa crème de jour l’aide d’un pinceau fond de teint (3).

L’étape suivante consiste à unifier. Pour déposer son fond de teint, on utilise le même pinceau que celui de la base (3). Pour éviter l’effet masque on peut également utiliser le pinceau tapoteur (5) puis on fixe/matifie l’ensemble avec un pinceau poudre (4).

Dernière étape : illuminer. C’est le moment de faire monter le rose aux joues à l’aide d’un pinceau blush (6). En été pour un teint plus doré le pinceau éventail est parfait pour déposer sa poudre soleil en toute subtilité grâce à sa forme évasée qui « balaie » le surplus.

2. Les yeux – Tracer, appliquer, ombrer, dégrader

yeux
© JITMF

Pour tracer au dessus comme en dessous de l’œil rien de mieux que le pinceau eyeliner (1) qui offre une grande précision.
Pour appliquer son fard à paupière on choisit le pinceau ombreur (2) ou le mélangeur-estompeur (3) si l’on est d’humeur créative.
Pour dégrader les fards sur le coin externe de la paupière, le pinceau ombreur biseauté (4) est idéal.

3. Les sourcils – Dessiner, sculpter, brosser

Sourcils
© JITMF

Pour les sourcils il y a deux écoles : celles qui utilisent un crayon en remplissant les sourcils de petites hachures et celles qui les travaillent au fard à l’aide d’un pinceau biseau sourcils (1). Cette seconde technique permet un fondu plus naturel. Pour intensifier le résultat, il suffit d’humidifier légèrement son pinceau et de travailler le fard mouillé.

Quelle que soit la technique utilisée, il est indispensable de peigner ses sourcils à l’aide d’un goupillon (2) ou d’un pinceau brosse pour les discipliner et leur dessiner une jolie forme.

4. Les lèvres – Appliquer, définir, remplir

Lèvres
© JITMF

Impossible de se tromper, il n’ existe qu’un modèle. Seule la taille peut varier. Il s’agit d‘un pinceau très fin et forcément avec des poils synthétiques puisque la matière travaillée est toujours grasse. Il est parfait pour appliquer un rouge à lèvres et en définir les contours après les avoir esquissé au crayon à lèvres. On finit par poudrer la bouche pour fixer le rouge et le tour est joué !

IV. DO et DON’T

Voici les conseils de Priscilla Dana formatrice à l’école Make-up Atelier.

DO :

> Poser son mascara en effectuant un mouvement d’enroulement avec le pinceau brosse pour bien enrober tous les cils.
> Appliquer son rouge à lèvres au pinceau pour un résultat bien plus net surtout aux commissures.
> Se servir du petit pinceau rectangulaire pour les retouches corrections à des endroits précis et fins tel que le ras des cils ou les arrêtes du nez.
> Privilégier les pinceaux en poils naturels qui ne laissent pas de traces. En effet alors que les pinceaux en poils synthétiques restituent toute la matière et « marquent », ceux à poils naturels, en absorbant une partie de la matière prélevée, offrent un rendu bien plus naturel.
> Parmi les pinceaux à poils synthétiques choisir ceux en Taklon, la fibre imitant le mieux les pinceaux en poils naturels qui se trouve en plus dotée d’un traitement anti-bactérien.

DON’T :

X  Secouer de haut en bas sa brosse à mascara – ce que l’on fait toutes pensant bien faire pour la « recharger » en pigments. En réalité cela fait rentrer de l’air dans le tube et assèche la texture qui dure alors deux fois moins longtemps.
X  Utiliser un pinceau trop épais pour le tracé eyeliner. Il faut choisir le plus fin possible pour être sûre de réussir son coup. Le pinceau échelle 0 par exemple.
X  Utiliser des pinceaux en mousse, à fuir à cause des traces.
X  Ne pas nettoyer ses pinceaux. Penser à leur faire un petit shampouinage à l’eau et au savon de Marseille au moins une fois par semaine, surtout si leur usage est quotidien car sinon vive les nids de bactéries !

V. Test

C’est le moment de tester vos connaissances, alors quel pinceau pour quel make-up ?
À vous de jouer !

Réponses
Image n°1 : Pinceaux eyeliner / ombreur / ombreur biseauté / sourcils / goupillon.
Image n°2 : Pinceaux fond de teint / ombreur / mélangeur-estompeur / lèvres.
Image n°3 : Pinceaux fond de teint / poudre / blush / lèvres / sourcils.

Vous n’avez pas fait un zéro faute à ce test ? Pas de panique car comme dirait Oprah Winfrey :

Peu importe le défi que vous avez à surmonter, vous devez vous rappeler que même si la toile de votre vie se peint au fil de vos expériences, de vos comportements, de vos réactions et de vos émotions, c’est vous qui avez le pinceau en main. (Ce dont je suis certaine, 2015).

Cet article a été publié sur le blog de GlossyBox.

 

Rencontre avec Flavie Paris, Artiste joaillier

J-4 On parle de la St Valentin bien entendu. Une belle occasion d’offrir des preuves d’amour, que l’on soit en couple ou pas. Pour cela, quoi de mieux qu’un bijou ? Mais attention, pas n’importe lequel. On le voudrait poétique, chargé de symboles et surtout unique.
En quête du bijou idéal dans la cité de l’amour et du charme éternel, que va t-on trouver au cœur de Paris ? Justement, on a rendez-vous dans le Marais avec Flavie Paris, une créatrice de joaillerie qui nous ouvre les portes de son atelier.
Rencontre avec une artiste passionnée, sensible et éperdument romantique.

Peux-tu te présenter ?
Je m’appelle Flavie, j’ai 29 ans. Après mon bac, j’ai étudié l’histoire de l’art à la Sorbonne avant de me consacrer à ma passion : la création de bijoux. Après avoir obtenu ma licence d’histoire de l’art et d’archéologie, j’ai donc intégré une école de joaillerie : l’école de la rue du Louvre BJOP. Pendant 4 ans, je me suis formée en alternance au sein d’un des plus beaux ateliers du monde : Cartier. J’ai ensuite travaillé deux ans à Hong Kong avant de revenir à ma ville de coeur, Paris. Aujourd’hui, je possède ma société Flavie Paris représentant ma marque de bijoux Flav paris créée il y a un peu plus d’un an. En octobre dernier, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Paris m’a attribué le titre de maître artisan.

FullSizeRender
© Avril Dunoyer

Pourquoi avoir étudié l’archéologie, y a-t-il un lien avec l’univers du bijou ?  
L’étude de l’histoire des arts et de l’archéologie m’a permis d’approfondir mes connaissances sur les différentes techniques de fabrication des bijoux et courants artistiques de l’antiquité jusqu’à nos jours. De la théorie, je suis passée à la pratique en me mettant à créer mes propres bijoux avec ce bagage culturel qui me nourrit sans cesse. Je m’inspire par exemple beaucoup de l’antiquité, de l’Egypte ancienne.

En quoi t’inspires-tu de l’antiquité ?
À travers mon procédé de fabrication d’abord. En effet, je crée mes bijoux de manière traditionnelle, entièrement à la main, et j’utilise une technique datant de l’antiquité : la fonte à la cire perdue. Je sculpte la plupart de mes bijoux dans la cire ce qui me permet d’être très libre dans le choix de mes formes, des courbes notamment. Ensuite, un moule est créé autour de la cire -aujourd’hui les moules sont en silicone mais dans l’antiquité on utilisait une âme de bois. Lors de la dernière étape, la cire chauffée s’évapore et laisse l’empreinte du bijou dans le moule au sein duquel on coule le métal en fusion.

L’antiquité se retrouve par ailleurs dans mes créations en termes de source d’inspiration. Ainsi, dans ma collection Paris by Paris, la forme de la bague Secret dévoilé évoque tant l’architecture de la Pyramide du Louvre que celle des pyramides égyptiennes. Le diamant à l’intérieur symbolise quant à lui le trésor qui y était caché – les sarcophages des pharaons étaient cachés au coeur des pyramides et accompagnés de trésors infiniment précieux.

Quel fut le point de départ de cette première collection Paris by Paris 
Mon amour pour la ville de Paris déjà. J’ai eu l’idée de créer des bijoux inspirés de l’architecture parisienne évoquant, à ceux qui les portent, des moments amoureux ou familiers dans le décor parisien. Et puis Paris c’est mon nom de famille aussi !
Chacun des bijoux de cette collection est lié à un monument/une caractéristique architecturale emblématique de Paris qui est également symbole d’amour : Charmant évoque la Tour Eiffel où tous les amoureux se retrouvent ; Be my Love le pont des arts avec ses cadenas accrochés pour sceller une relation ; Où je t’ai croisé un panneau de rue sur lequel on peut inscrire le lieu où l’on a rencontré sa bien aimée…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A quel type de femme s’adressent les bijoux Flav Paris  ?
Mes bijoux s’adressent à toutes les femmes de tous les âges et styles. Selon moi, ce n’est pas le bijou qui fait le style, c’est la manière dont on le porte.

Comment définirais-tu ton style?
Il est très difficile pour un créateur de définir son propre style car il s’agit souvent d’inspirations personnelles que l’on n’expliquent pas toujours. Je dirais que mes bijoux sont modernes et épurés, (j’espère) élégants et avec une touche d’audace !

Quels univers et créateurs t’inspirent?
J’essaie de m’inspirer de beaucoup de choses et pas forcément d’autres bijoux pour ne pas tomber dans le « déjà vu ». Je me nourris du quotidien, de la vie en général : une balade, un moment entre amis, des passants dans la rue, l’architecture… je pars souvent de certains sentiments, ressentis, auxquels je mêle des inspirations artistiques comme la peinture, l’architecture, la sculpture etc.

Quels bijoux et matériaux préfères-tu travailler?
J’aime tous les bijoux, mais j’ai un faible pour les bagues. J’aime travailler les métaux  précieux, l’or est mon favoris. Je travaille aussi l’or noir que je préfère à l’argent.
J’aime donner un aspect un peu usé à mes bijoux, comme s’ils avaient vécu, c’est pourquoi la plupart du temps je sable ou je brosse le métal. Cela a également l’avantage de mieux faire ressortir les pierres serties étant donné qu’une fois poli, le métal brille moins.
Côté pierres, je suis une inconditionnelle des diamants car ils n’ont pas d’humeur, ils se portent avec tout, à tout moment.

Tu privilégies l’artisanat, le fait-main. Réalises-tu aussi des bijoux sur-mesure ou personnalisés ? 
Oui cela représente une grande partie de mon travail, les clients qui aiment mon style sont friands de créations sur mesure, pensées et fabriquées pour eux spécialement.
Le fait de travailler à la main offre des possibilités infinies de créations. La personnalisation va de la modification d’un modèle issu de mes collections (changer le coloris, y graver un message) à la création de toute pièce d’un modèle unique sur demande.
J’ai créé récemment une alliance sur-mesure pour une cliente venue à l’atelier avec des croquis et des idées. J’ai retravaillé les dessins en respectant au maximum ses indications et en essayant de m’approcher au plus près de ses envies. Au final, elle était très contente du résultat. C’est toujours un challenge pour un créateur de comprendre et d’interpréter les envies de ses clients mais c’est aussi ce qui rend ce métier si passionnant !

Combien de temps la création d’un bijou te prend t-elle ?  
Tout dépend du bijou. Au minimum quelques heures, parfois quelques semaines si la pièce est très riche en pierres ou s’il y a des systèmes à fabriquer. Tout ce qui est fait main demande de la concentration et un certain temps d’exécution. Le bijou qui en ressort est « vivant » car il naît véritablement de la passion de son créateur.
De l’idée du bijou à sa livraison dans son écrin, il y a un nombre important d’étapes : le dessin, la sculpture, les finitions, le choix des pierres, le sertissage et les déplacements !

As-tu déjà envisagé des collaborations avec d’autres artistes/marques ?
C’est un projet auquel je pense mais ce n’est pas d’actualité. J’ai encore beaucoup de choses à mettre en place et à développer avant de songer à des partenariats créatifs, mais cela viendra oui, l’idée me plaît.

L’amour comme source majeure d’inspiration, des bijoux uniques travaillés à la main, des poèmes pour illustrer tes créations sur ton site… ton approche du bijou est très sentimentale et symbolique n’est-ce pas?
Absolument. Lorsque je créer, mes sentiments, mes envies, ce que je vis à ce moment là, s’expriment dans mes bijoux comme pour un peintre. Lorsque l’on connait la vie personnel des grands peintres, on comprend mieux pourquoi ils ont peint tel tableau à tel moment. La main du créateur est le reflet de ses émotions. Je suis une romantique !
Pour la collection Accroche-moi, j’ai voulu jouer sur cet aspect d’appartenance à l’être aimé -dans le bon sens du terme bien entendu- sur le fait d’être attaché à quelqu’un par amour ou par amitié avec des objets mécaniques/techniques qui servent à accrocher quelque chose : des crochets, des outils comme une clef à molette etc.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Y a t-il un message que tu aimerais faire passer à travers tes créations?
Un message de paix, d’amour. Le bijou est le premier symbole d’amour depuis l’antiquité, il se transmet de génération en génération, et est témoin des plus beaux événements de la vie : la naissance d’un enfant, le mariage, les anniversaires… Il est source de joie, c’est vraiment cela que je cherche à mettre en avant et que j’ai en tête quand je crée.

As-tu des projets à venir?
Je travaille sur une nouvelle collection mais c’est un secret !


Et si tu étais un/une…
Couleur : le rose
Matière : un pétale de rose
Métal : l’or
Pierre : le diamant
Odeur  : du croissant chaud
Plat : le tiramisu de ma maman
Fruit : le kiwi
Saison : l’été
Fleur : la violette
Animal : un bouledogue, le mien a la vie trop cool
Paysage : la Tour Eiffel vue depuis les toits parisiens
Pays : la France
Ville : Paris
Sport : le tennis
Livre : de Jane Austen
Poème Demain dès l’aube de Victor Hugo
Tableau : L’enlèvement des Sabines de David
Musique : Howl’s moving Castle de Joe Hisaishi
Film : Peau d’âne de Jacques Demy
Photo : Le Baiser de Doisneau
Courant artistique : l’art contemporain
Révolution : le salon des refusés de mai 1863
Époque : aujourd’hui
Style : celui dans lequel on se sent bien
Vêtement : des creepers underground
Personnage imaginaire : mon ange gardien
Super pouvoir : exaucer les voeux
Qualité : honnête
Défaut : honnête
Mot : amoureuse  

Des techniques puisées dans l’antiquité côtoyant des formes graphiques et modernes ; des matériaux bruts travaillés dans un style épuré. Flav Paris ou l’art de mélanger l’ancien et le nouveau avec élégance. En cela, le mot de la fin pourrait être « paradoxal » comme l’est parfois d’ailleurs le lien amoureux.
Voilà en tout cas des créations qui donnent envie de devenir touriste dans sa propre ville, de sillonner les rues Parisiennes et d’y trouver l’amour… qui sera peut-être le début d’un bel engrenage. Au coeur de Paris, on vient de trouver un véritable écrin à bijoux.
Poétiques, symboliques ET uniques.

Rencontre avec Maja Savic créatrice de produits de beauté bio

One day, while I was standing in line in front of the Petit Palais for an exhibition I met a nice young woman. We started talking together and, the more we discussed, the more I wanted to know more about her life as I was impressed with all what she does. She said to me that she was creating bio beauty products and I was actually searching for a subject for a new beauty article at that moment. “Paris is the city of coincidences” a friend of mine used to say. Sometimes it actually seems to be. So here is Maja (pronounce Maïa), creator of bio beauty products and much more…

Un jour alors que je faisais la queue en attendant de voir une exposition au Petit Palais je fis la connaissance d’une jeune femme fort sympathique. Nous commençâmes à parler et, plus nous discutions, plus j’avais envie d’en savoir plus sur sa vie tant j’étais impressionnée par tout ce qu’elle faisait. Elle me raconta qu’elle créait des produits de beauté bio or j’étais justement à la recherche d’un sujet pour un nouvel article beauté à ce moment là. Un de mes amis dit souvent que “Paris est la ville des coïncidences”. Parfois Il semblerait que ce soit bel et bien le cas. Voici donc Maja (prononcez Maïa), créatrice de produits de beauté bio mais pas seulement…

Can you introduce yourself ?
My name is Maja Savic and I’m a jazz vocalist and vocal coach from Croatia. I am a reiki master and a soon-to-be certified Yoga Teacher.

Peux-tu te présenter ?
Je m’appelle Maja Savic et je viens de Croatie. Je suis chanteuse de jazz, coach vocal, maître reiki et bientôt professeure de Yoga diplômée.

12142373_715532041911478_1911944216_n
Maja recording her first album « Invitation » in Zagreb in may 2015 © Martina Bošković Ribarić

Why did you chose to live in Paris especially ?
My half sister lives in Paris and my half-brother has also been in France for a long time so, partly, I came here to be closer to them. That’s the reason I feel like at home here. I like the vibe of the city, being a big multicultural city where you have lots of opportunities. Also, Paris has a great jazz scene which is really appealing to me since my first job is actually a jazz singer.

Pourquoi as tu choisi de vivre à Paris ?
Ma demi-soeur vit à Paris et mon demi-frère est également en France depuis longtemps je suis donc venue en partie pour me rapprocher d’eux. C’est pourquoi je me sens comme à la maison ici. J’aime les ondes de cette grande ville multiculturelle où plein d’opportunités s’ouvrent à toi. Il y a aussi le fait que Paris possède une scène de jazz fabuleuse ce qui est très attirant pour moi étant donné qu’à l’origine, je suis chanteuse de jazz.

1535444_10151953217790670_1462630191_n (1)
Every year Maja organizes a project in Zagreb with her jazz organization « JAZZart ». © Goran Telak – 2014

How long have you been doing organic beauty products and why did you start ?
A few years ago I have decided to be more conscious about the products/food I consume and about what I put on my skin. As bio products are usually quite expensive I have decided to get some training so I can do it myself. I went to an Aroma-cosmetics course in Zagreb and started creating my own products, mostly for my personal use. However, my excitement was hard to conceal because it was visible on my skin (I was basically glowing and smelling amazing) and I was so excited about the quality of the products.
It actually started with the deodorant that I made. I have never been able to find a deodorant that was so effective. When I found this recipe I was thrilled that it was actually 100% effective ! Soon after, my friends and colleagues started asking me to make some products for them as well.

Depuis combien de temps et pourquoi fabriques-tu des produits de beauté bio ?
Il y a quelques années, j’ai commencé à faire plus attention aux produits/aliments que je consommais et à ce que je mettais sur ma peau. Comme les produits bio sont souvent assez chers, j’ai décidé de me former pour pouvoir les faire moi-même. J’ai suivi une formation Aroma-cosmetics à Zagreb puis je me suis mise à créer mes propres produits, la plupart pour mon usage personnel. J’ai tout de suite été emballée au vu des effets bénéfiques sur ma peau (qui rayonnait et sentait super bon) et par la qualité des produits ; mon enthousiasme était difficile à cacher.
Tout a vraiment démarré avec la création de mon propre déodorant. Je n’en ai jamais trouvé d’aussi bien à vrai dire et j’étais heureuse de constater que la recette que j’avais trouvée était 100% efficace. Peu après, mes amis et collègues m’ont demandé de leur faire des produits aussi.

déo
Natural deodorants (Jojoba oil, beeswax, sodium carbonate, essential oil – palmarosa) © Maja Savic

What other products do you fabric ?
I make toners, facial creams/mask, peelings, toothpaste, make-up remover, massage bars, bath salts & bombs, soaps, lip balms… I am always researching and expanding my product line, so there are always some new products added to this list.

Quels autres produits fabriques-tu ?
Je fabrique lotions toniques, crèmes/masques visage, peelings, dentifrices, démaquillants, savons de massage, boules et sels de bain, savons, baumes à lèvres… Je suis sans cesse en train de chercher à élargir ma gamme donc de nouveaux produits s’ajoutent constamment à cette liste.

10409182_786040134802349_9022825907987934061_n
Goodies for christmas : facial cleanser, bath bombs, creams, lip balms, deodorants, blush and soaps. © Maja Savic

What is your process of fabrication ? What step of it do you prefer and why ?
I love the whole process, makes me feel like a witch ! When I’d like to try a new recipe, I first do some research. Then I take all the ingredients and measure them carefully in the previously disinfected containers. The next step depends on the product I am making. I either have to melt down the ingredients on a low temperature and then mix them together, or just mix them without melting, and put into clean containers. Generally i test my products on myself first. I don’t like recommending something if I haven’t tested it. If happy with the result then it’s ready ! Simply inhaling these wonderful smells of essential oils is amazing and I love every part of the process.

Quel est ton processus de fabrication ? Quelle étape préfères-tu et pourquoi ?
J’adore tout le processus, ça me donne l’impression d’être une sorcière (rires) ! Lorsque j’ai envie d’essayer une nouvelle recette, je commence par faire des recherches. Ensuite je rassemble tous les ingrédients et je les mesure avec précaution dans des récipients préalablement désinfectés. L’étape suivante dépend du produit que je fabrique. Soit je fais fondre les ingrédients à basse température puis je les mélange, ou alors je les mélange simplement puis je les verse dans des récipients propres. Généralement je teste mes produits sur moi d’abord, je n’aime pas recommander des produits si je ne l’ai pas fais. Si je suis contente du résultat alors la recette est prête. Le simple fait de respirer ces délicieuses odeurs d’huiles essentielles est incroyable et me fait aimer chaque étape du processus.

How long does it take to create a product ?
It depends on the products. For a cream it can be very fast, like 30 minutes, but for soaps it can take up to three weeks.

Combien de temps la création d’un produit prend t-elle ?
Cela dépend des produits. Pour une crème cela peut être très rapide, comme 30 minutes, mais pour des savons cela peut prendre jusqu’à trois semaines.

What are the ingredients that you use in your recipes ? Which are your favorites and why ?
I use only plant-based products, mostly because of my vegetarian lifestyle. All the ingredients are high quality, no chemicals and most of them even edible. My favorite would definitely be – coconut oil ! It’s an amazing ingredient you can use in so many ways : apart from using it in the kitchen, it’s great for your skin and hair. It feels great on the skin and smells delicious. I even put it in my tooth-paste.
Apart from coconut oil, I mostly use cold-pressed oils like : castor oil, almond oil, sesame oil, argan oil, jojoba oil, etc… and butters like shea and cocoa butter. The essential oils I love are : orange, geranium, lavender, tea tree, and rose. Other ingredients I use are : beeswax, sodium bicarbonate, sea salt, glycerin, various hydrolats (herbal distillates/floral waters) like orange blossom flower, lavender, melissa etc. At the moment my favorite is a rose-orange combination which turned out to be a real hit !

Quels ingrédients utilises-tu dans tes recettes ? Lesquels préfères-tu et pourquoi ?
Je n’utilise que des produits à base de plantes en raison de mon style de vie végétarien. Tous les ingrédients sont de très bonne qualité, non chimiques et la plupart sont même comestibles. Mon ingrédient préféré est sans aucun doute l’huile de noix de coco. C’est un produit fantastique car tu peux l’utiliser de beaucoup de manières : aussi bien en cuisine que pour la peau, les cheveux… La texture est super et cela sent délicieusement bon. Je l’utilise même dans mon dentifrice.
Mis à part à celui là, j’utilise surtout des huiles pressées à froid comme celles de ricin, d’amande, de sésame, d’argan, de jojoba etc. et des beurres comme le beurre de karité ou de cacao. Les huiles essentielles que j’affectionne sont celles à base d’orange, de géranium, de lavande, d’arbre à thé et de rose. Parmi les autres ingrédients que j’utilise, il y a aussi de la cire d’abeille, du bicarbonate de soude, du sel de mer, de la glycérine, et divers hydrolats (des eaux de fleurs/d’herbes distillées) comme l’essence de fleur d’oranger, de lavande, de mélisse etc. En ce moment ma combinaison préférée est rose-orange qui est en passe de devenir mon best seller !

As it deals with only organic ingredients I guess it’s quite hard to preserve your products…
I use some ingredients like the vitamine E that act as preservatives in beauty products. I recommend storing creams in the fridge for them to last longer. A cream usually lasts for six months or so, depending on how much you use it.

Comme il s’agit uniquement d’ingrédients naturels j’imagine que tes produits sont assez difficiles à conserver…
J’utilise certains ingrédients comme la vitamine E qui permettent de conserver les produits de beauté. Je recommande de mettre les crèmes au frigidaire pour qu’elle durent plus longtemps. En général elles se conservent six mois, après, tout dépend de l’usage qu’on en fait.

What are your inspirations ? Is there someone in particular that inspires you ?

I love to experiment and try out new things so when I need inspiration I do some research. I am following several blogs and podcasts on aroma-cosmetics to get more ideas. I mostly follow Youtube channels since they have lots of tutorials. Here are some I would recommend for the beauty recipes and the DIY tutorials that I love : Lisa PullanoPop Sugar Beauty and Plush Folly. However, a lot of my recipes come from my mentor Anamarija Pažin Morović from Laurus Slow Spa in Croatia. Of course, I add my personal touch to the recipes.

Quels sont tes inspirations ? Y a t-il quelqu’un en particulier qui t’inspire ?
J’adore expérimenter et essayer des nouvelles choses donc quand j’ai besoin d’inspiration je fais des recherches. Je suis plusieurs blogs et podcasts sur aroma-cosmetics pour trouver des idées. Je suis surtout des chaines sur Youtube depuis qu’on y trouve de nombreux tutoriels. En voici trois que je recommande pour les recettes des produits de beauté et les tuttos DIY que j’adore : Lisa PullanoPop Sugar Beauty et Plush Folly. Cependant, bon nombre de mes recettes me viennent de mon mentor Anamarija Pažin Morović originaire de Laurus Slow Spa en Croatie. Bien sûr, j’y ajoute ma touche personnelle.

1465114_693726830700347_2476081022235060225_n
Freshly made soaps. Ingredients : creamy glycerin soap base (natural), olive oil, essential oils of lavender and sweet orange + blue food coloring. © Maja Savic

What do you think of the organic beauty products nowadays ?
I think they’re amazing but really over-priced. That was one of the reasons I started doing this. I wanted to make it more affordable to every-day users. I think it’s important to keep reasonable prices so more people can use organic products. It’s just healthier an I like to encourage people to use them rather than regular ones, which contain a lot of chemicals that are not good for us. 

Que penses-tu des produits de beauté bio de nos jours ?
Je pense qu’ils sont incroyables mais vraiment trop chers. C’est une des raisons pour lesquelles j’ai commencé : je voulais les rendre plus abordables pour les utilisateurs quotidiens. Je pense que c’est important afin que plus de gens puissent les utiliser. Ils sont meilleurs pour la santé et j’encourage tout le monde à les utiliser plutôt que les produits basiques dans lesquels on retrouve de nombreux produits chimiques qui ne sont pas bons pour nous.

Are you also careful with ecology ?
Yes, mostly I try to eat bio. I am a vegetarian so I mostly use non-animal products, preferably organic. With clothes it’s a bit more difficult but I am conscious in that department as well. In these times, we are going back to nature, being more aware of the chemicals we use without knowing. Bio products are kind of a current issue, let’s say. More and more people start turning this way, so I think this market is only going to grow. By supporting these products we are changing the market and raising awareness, so I totally encourage everyone to do the same.
For example, I ask my customers to bring me back the containers I gave them once they are empty, and I give them a discount because I don’t have to buy new ones. I can simply re-fill their jars/containers with the new product and we don’t create more trash, we just re-use them.

Es-tu également soucieuse de l’écologie ?
Oui, le plus souvent j’essaie de manger bio. Je suis végétarienne donc je n’emploie pas de produits animaliers mais végétaux de préférence. Concernant les vêtements, c’est un peu plus difficile mais j’y fais attention aussi.
De nos jours, il y a un retour à la nature, une prise de conscience des limites des produits chimiques que nous utilisons sans bien connaître. Les produits bio apparaissent comme une issue de secours si l’on peut dire. De plus en plus de gens s’y mettent c’est pourquoi je pense que la croissance de ce marché ne fait que commencer. Avoir recours à ces produits c’est faire évoluer le marché et augmenter cette prise de conscience donc j’encourage tout un chacun à le faire.
J’invite par exemple mes consommateurs à me rapporter les récipients que je leur ai donné une fois vides et je leur fais une remise car je n’ai pas besoin d’en racheter. Il me suffit alors de les leur remplir de nouveau et ainsi, nous ne créons pas de déchets supplémentaires.

Who generally buy your products ? Have you a target ?
Women mostly above 30 but men too ! I have noticed that there isn’t really a profile of people who like to buy from me. These are people from all spheres of society and different ages who simply want to use bio products and live more healthy.

Qui achètent tes produits en général ? As-tu une cible ?
Majoritairement des femmes ayant autour de 30 ans mais aussi des hommes ! J’ai remarqué qu’il n’y a pas un profil particulier de personnes qui se tournent vers moi. Il s’agit d’individus de tous les milieux et de divers âges qui veulent juste utiliser des produits bio et vivre plus sainement.

What are the prices of your products ?
Depends what you order, the prices vary, but I try to make them as affordable as possible. So, for example the deodorant costs 5 euros and lasts a long time, an anti-age cream will be around 20 euros , depending on the size of the cream and the ingredients.

Quels sont les prix de tes produits ?
Cela dépend de ce dont tu as besoin, les prix varient mais j’essaie de les rendre aussi abordables que possible. Par exemple, le déodorant coûte 5 euros et dure longtemps, une crème anti-âge coûtera elle autour de 20 euros selon sa quantité et ses ingrédients.

What do you want to bring with your products ?
What makes my products special is the personal touch. I personally make all the products and they are mostly custom-made. Basically, the customer tells me what they need and what they like, then I make some research and create the product for them. All this at a very reasonable price and relatively quickly. That’s something you normally can’t get.
If the customer is not pleased or the product doesn’t work as it should -which rarely happens- then I replace it with something else. I always appreciate feedback from my customers because I want to provide high quality service.

Que cherches-tu à apporter à travers tes produits ?
La spécificité de mes produits réside dans la touche personnelle. Tous mes produits sont faits maison et la majorité réalisés sur mesure. En gros, la personne me dit ce dont elle a besoin et ce qu’elle aime, puis je fais des recherches avant de lui créer son produit. Tout cela à un prix très raisonnable et assez rapidement. C’est quelque chose que tu n’as pas normalement.
Si la personne n’apprécie pas le produit ou s’il ne fonctionne pas comme il devrait -ce qui arrive rarement- alors je le remplace par autre chose. J’apprécie toujours le retour de mes consommateurs car je cherche à offrir un service de qualité.

Since when are you a reiki master ? What brings you to this therapy ?
This year I finished my Master training for reiki healing and I am thrilled with the experience so far ! For several years I’ve known I wanted to work with energy healing so I explored many options and studied many techniques. Reiki was the only one that I have actually had experience with, being treated myself and knowing reiki healers. When my reiki master came to me I knew it was the right timing… and so it was ! Since then, I’ve had wonderful experiences with it and  realized it works very well. It’s definitely something I plan on doing more and hope to help more people.

Depuis quand es-tu maître reiki ? Qu’est ce qui t’as amené à cette thérapie ?
Cette année j’ai terminé mon master pour la guérison par le reiki et je suis tellement heureuse de cette expérience ! Depuis plusieurs années je savais que je voulais travailler autour des énergies guérissantes c’est pourquoi j’ai exploré de nombreuses options et étudié différentes techniques. Le reiki est la seule pour laquelle j’avais déjà de l’expérience, pour l’avoir expérimenté sur moi-même et de par la connaissance de guérisseurs reiki. Lorsque mon maître reiki est venu vers moi je savais que c’était le bon moment… et ce fut le cas ! Depuis, j’ai eu de magnifiques expériences grâce à cette pratique et j’ai réalisé que cela marchait très bien. C’est définitivement une approche que j’ai envie d’approfondir avec l’espoir d’aider plus de personnes encore.

10300100_10153966425711542_7875249156365523408_n
October 2012 – Zagreb © Maja Savic

Have you some projects for the future ?
Well, the future plans include branding my cosmetic line and expand a bit the range of my customers. I would still like to keep doing it myself as I love creating the products, and keeping the personal touch in the way I treat my clients. So, at the moment I am not planning a big production. Maybe one day, who knows…

Des projets à venir ?
Les projets à venir incluent de développer ma ligne cosmétique et d’élargir un peu mon éventail de clients. Je tiens à continuer de créer les produits moi-même car j’aime cela et à garder cette touche personnelle dans la manière dont je traite mes clients. Autrement dit, pour le moment je ne prévois pas de grosse production. Peut être un jour, qui sait…

Creation of organic products, respect of the environment, musical good vibes, vocal coaching, healing energy… I think that you are more a good fairy than a “witch” !
Aaaw thanks, that sound’s better.

Création de produits bio, respect de l’environnement, bonnes ondes musicales, coaching vocal, énergies guérissantes… je vois en toi plus une bonne fée qu’une “sorcière” !
Oooh merci, ça sonne mieux oui.

11146597_10152757173995670_4377153071898376990_n
In Zagreb in april 2015 © Dinko Bažulić

And if you were…
A color : blue
A material : water
A metal or a stone : fluorite
A fragrance : geranium
A flavor : coconut
A dish : crepes
A fruit : banana
A season : summer
A flower : sunflower
An animal : a dolphin
A landscape :
beach
A country : Brazil
A city : Paris
A sport : Yoga
A book : The Alchemist by P. Coelho
A painting: anything by Salvador Dalí
A poem : A haiku, it’s short to the point and make you think
A song : that’s a tough one, as I am a musician, but let’s say my current choice would be “Cherish the day” by Robert Glasper Experiment and Lalah Hathaway.
A movie : Melancholia by Lars Von Trier
A hero : Darth Vader
A special power : to fly
A photo : of roads or rails going straight and far away into the distance. 
A clothe : leggings
A style : retro style
A period : the 1960s
An artistic movement : Jazz
A cultural revolution : Hippie
A quality : optimist
A fault : impatient
A word : Love

Et si tu étais…
Une couleur : le bleu
Une matière : l’eau
Un métal ou une pierre : la fluorine
Une odeur : le géranium
Une saveur : la noix de coco
Un plat : les crêpes
Un fruit : la banane
Une saison : l’été
Une fleur : un tournesol
Un animal : un dauphin
Un paysage :
une plage
Un pays : le Brésil
Une ville : Paris
Un sport : yoga
Un livre :
L’alchimiste de Paulo Coelho
Un tableau : n’importe lequel de Salvador Dali
Un poème : un haïku
Une musique :
question très difficile pour moi qui suis musicienne mais disons que mon choix du moment serait “Cherish the day” de Robert Glasper et Lalah Hathaway
Un film
: Melancholia de Lars Van Trier
Un personnage imaginaire : Dark Vador
Un pouvoir magique : Voler
Une photo :
de routes ou de chemins de fer s’éloignant au loin.
Un vêtement : des leggings
Un style :
rétro
Une époque : 
les années 60
Un courant artistique :
le Jazz
Une révolution culturelle :
le mouvement Hippie
Une qualité :
optimiste
Un défaut :
impatiente
Un mot :
Amour


Base recipe for the face cream 

  • 12 ml cold-pressed oil of choice
  • 5 g phytocream 2000 (emulsifier of vegetable origin)
  • 25 ml hydrolat (ou eau de distillation)
  • 1 tsp glycerol
  • 10 drops of essential oils of choice

You will need containers, wooden spatula to stir, digital kitchen scale, double boiler or a simple pot where you can warm up the mixtures to melt and alcohol to disinfect containers and tools.

Recette de base pour la crème visage

  • 12 ml d’huile pressée à froid de votre choix
  • 5 g de phytocream 2000
  • 25 ml d’hydrolat (ou eau de distillation)
  • 1 cuillère à thé de glycérol
  • 10 gouttes d’huile essentielle de votre choix

Vous aurez besoin de récipients, de spatules en bois pour mélanger, d’une balance de cuisine numérique, d’une casserole à double fond ou d’un simple pot pour faire réchauffer/fondre la préparation et d’alcool pour désinfecter les récipients et les outils.

Matifying face cream

Ingredients :

  • 15 ml cold pressed Abricot oil
  • 5 g phytocream 2000
  • 35 ml hydrolat Rose de Damas de la vallee M’Gouna
  • 1 tsp glycerol
  • 4 drops of Orange essential oil
  • 2 drops of Tea trea essential oil
  • 4 drops of Geranium Egypte essential oil
  • 3 drops of Baby Doll fragrance oil
    * The essential oils, abricot oil, hydrolat, glycerol and the containers were bought at Aroma-zone, Paris.

Instructions : 

  1. In one container put cold pressed oil and phytocream.
  2. In the other container put the hydrolat and glycerol.
  3. Fill a pan half-way with water and then put both containers in the water OR use a double boiler.
  4. Heat on low heat until all the ingredients melt. Stir occasionally (this will speed up the process).
  5. When all the ingredients are melted put the essential oils in the oil mixture.
  6. Pour the hydrolat mixture into the oil mixture and stir for about 1-2 minutes until the mixture starts looking like a cream, without lumps.
  7. Pour the cream into a disinfected container and preserve it in the fridge.

Crème visage matifiante

Ingrédients :

  • 15 ml d’huile pressée à froid d’abricot
  • 5 g phytocream 2000
  • 35 ml hydrolat Rose de Damas de la vallee M’Gouna
  • 1 cuillère à thé de glycérol
  • 4 gouttes d’huile essentielle d’orange
  • 2 gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé
  • 4 gouttes d’huile essentielle de Géranium d’Egypte
  • 3 gouttes d’huile de la fragrance « Baby Doll »
    * Les huiles essentielles, l’huile d’abricot, l’hydrolat, le glycérol et les récipients sont en vente chez Aroma-zone à Paris.

Instructions :

  1. Dans un récipient versez l’huile pressée à froid et la phytocream.
  2. Dans un autre récipient mettez l’hydrolat et le glycérol.
  3. Remplissez une casserole d’eau à mi-hauteur et placez les deux récipients à l’intérieur ou bien utilisez une casserole à double fond.
  4. Réchauffez à basse température jusqu’à ce que les ingrédients fondent. Mélangez de temps en temps (cela accélèrera le processus).
  5. Lorsque tous les ingrédients sont fondus, versez les gouttes d’huiles essentielles à l’intérieur de la mixture à base d’huile.
  6. Versez la mixture à base d’hydrolat dans la mixture à base d’huile et mélangez durant 1 à 2 minutes jusqu’à ce que la texture s’apparente à celle d’une crème sans grumeaux.
  7. Placez la crème dans un récipient désinfecté et conservez-la au frigidaire.

And the whole thing prepared with jazz vibes of course…
Et tout cela préparé sur fond de musique jazzy of course…

Rencontre avec Thibaud Decroo, cofondateur de l’Herbe Rouge

D’abord il y a le toucher, si doux que l’on redécouvre le simple fait de porter un vêtement. Une caresse pour la peau. Puis il y a ces coupes impeccables, qui tombent juste comme il faut, qui vous mettent en valeur sans en faire trop… l’incarnation parfaite de ce que l’on appelle le « basique ». La première impression était déjà très prometteuse au vu d’une séduisante collection de vêtements aperçue lors d’un shooting photo. Mais ça c’était avant de découvrir qu‘en plus d’être beaux et agréables à porter, les vêtements de l’Herbe Rouge sont issus d’une production responsable et écologique. C’était trop beau pour être vrai pour en rester là, il fallait en savoir plus. Rencontre, dans la très belle boutique -faisant aussi office de galerie d’art- avec Thibaud Decroo l’un des deux fondateurs* de la marque.

IMG_6145
La boutique parisienne située sur le Viaduc des arts

Pourrais-tu résumer par des mots clés le concept de l’Herbe Rouge ?
L’Herbe Rouge est centrée autour de la manière de vivre des gens et cherche à allier design et esthétique. Nos vêtements sont à la fois faciles à porter, élégants avec de belles finitions et des détails créatifs. Dans nos promesses il y a bien être, qualité, prix juste, innovation, savoir faire, matière et procédé écologiques.

Comment ce « procédé écologique » se traduit-il ?
Nous utilisons uniquement des matières ayant un faible impact sur l’environnement. Nous respectons un guide de bonnes pratiques incluant toutes les étapes du procédé de fabrication allant des fibres/fils à la confection puis distribution. Nous avons notamment recours à des fibres recyclées grâce à l’usage d’un défibreur dans le sud. Une fois les fibres récupérées, on redesign un vêtement. Ce procédé requiert d’utiliser de bons matériaux de base.

Est-ce cela qui explique le toucher si doux de vos vêtements ?
Tu évoques sans doute le coton Bio qui a des fibres assez longues et qui est donc naturellement plus doux. Le coton est une des cultures les plus polluantes dans le monde c’est pour cela que nous avons choisi de le traiter sans pesticide et sans traitement.

IMG_6151
« Nous utilisons uniquement des matières ayant un faible impact sur l’environnement »

Proposer des vêtements respectueux de l’environnement et accessibles en termes de prix c’est donc votre pari ?
Exactement, notre devise est que tout le monde doit pouvoir accéder à une mode contemporaine de créateur de qualité, qui respecte la santé humaine et environnementale et améliore le bien être.
Nous récusons la course au toujours moins cher qui au final ne veut plus rien dire. Sans se définir totalement à l’opposé du « fast fashion » nous recherchons un équilibre en nous tournant vers ce que l’on pourrait appeler le « slow fashion ». Respecter l’environnement mais aussi l’individu dans sa nature profonde en s’adaptant à sa morphologie, ses caractéristiques (s’il a des allergies par exemple nous lui proposerons des matières spécifiques) est ce qui nous importe le plus. Proposer un prix juste va de soi, cela fait en effet partie de cet équilibre que nous recherchons.

Un beau pari mais qui semble presque trop beau pour être vrai ; comment faites vous pour offrir une telle qualité avec des prix accessibles ?
Nous limitons au maximum les coûts annexes (boutiques, loyers…), utilisons les mêmes matières et les mêmes patrons ce qui explique une certaine récurrence dans nos collections. Ce sont ainsi des pièces fortes, que l’on retrouve au fil du temps.

De tels engagements et procédés de fabrication j’imagine que cela pose quand même certaines limites côté création ?
Déjà il y a des matières qu’on n’utilisera pas car elles ne respectent pas notre guide des bonnes pratiques. Pas d’hypocrisie chez nous. On ne va pas travailler la fibre de bambou par exemple qui est une fausse fibre écologique car très impactante sur l’environnement. On ne travaille pas non plus les fibres issues du pétrole qui s’avèrent posséder des qualités inférieures aux autres fibres et qui donc ne nous conviennent pas d’un point de vue qualité.
Le fait de ne pas pouvoir utiliser certains matériaux rend le domaine de l’accessoire plus compliqué à aborder mais nous cherchons des solutions.
Quant à notre objectif de rester accessible niveau prix, c’est sûr qu’il nous limite dans le nombre de pièces proposées mais l’on préfère se concentrer sur la qualité.

IMG_6149
Des pièces comme des basiques, simples, élégants et agréables à porter

C’est un véritable art de vivre en fait. Quel a été le point de départ de l’Herbe Rouge, y a-t-il eu un déclic, une prise de conscience à un moment donné ?
Avec Arielle*, nous avons assisté à une sorte d’épuisement, de dépassement de l’homme par la technologie. Comme nous avions une vision commune après environ vingt ans d’expérience dans le secteur chacun de notre côté, nous avons décidé d’allier nos compétences en créant l’Herbe Rouge. Notre envie première est de redonner du sens aux vêtements portés aussi bien en termes d’éthique que de bien être et de privilégier le local.

D’ailleurs votre production est-elle locale ? Made in France only ?
La question du made in France est pour moi une fausse question car elle ne prend souvent pas en considération toutes les étapes de fabrication : choix des matières premières, filature, teinture, confection… La plupart du temps, malgré la présence de cette étiquette sur certains vêtements, c’est parfois uniquement l’assemblage qui est « made in France », ça ne veut donc rien dire. C’est extrêmement rare que l’intégralité d’une pièce soit conçue dans notre pays à moins d’une demande particulière ou dans milieu du luxe -et encore. D’ailleurs si c’était le cas, les prix seraient totalement inaccessibles pour le consommateur. Donc pour répondre à ta question, je peux te dire que nous travaillons majoritairement en France mais pas que, on se tourne aussi vers l’Europe et l’Afrique mais pas du tout vers l’Asie en revanche.

Vos collections visent-elles une cible particulière ?
Nous n’avons pas de cible particulière si ce n’est que nous voulons habiller les gens de la vraie vie, nous sommes ancrés dans le quotidien. Nous sommes transgénérationnels et habillons les personnes de 20 à 70 ans. Après, nous avons remarqué que notre clientèle majeure a entre 30 et 45 ans avec et est majoritairement féminine.

IMG_6150
Des collections transgénérationnelles

Bientôt une ligne pour les enfants ?
Pas pour tout de suite mais nous avons quelques idées en tête…

Qu’est ce qui vous inspire ?
La nature bien entendu qui peut être une source d’inspiration directe pour des motifs, une aurore boréale par exemple a été à l’origine d’impressions maille pour la précédente collection. La ville nous inspire beaucoup aussi notamment à travers des détails graphiques. En fait nous aimons et cultivons les paradoxes entre nature et environnement urbain que l’on peut retrouver par exemple avec les murs végétaux en ville. En cela, Hundertwasser nous inspire énormément. Ce visionnaire s’était penché très tôt sur les murs végétalisés et aussi sur le côté réversible du vêtement, une caractéristique que nous exploitons sur certaines de nos pièces. La réversibilité est en effet en adéquation avec nos valeurs : on retrouve l’aspect innovant, pratique et écologique (posséder deux pulls en un).

Pourquoi ce nom « L’Herbe Rouge » ?
Par rapport au roman de Boris Vian tout d’abord, l’Herbe Rouge, une grande source d’inspiration. Et ensuite pour évoquer les notions de la vie, du vivant dans ce qu’il a d’essentiel : l’herbe est ce qu’il y a de plus simple au naturel, c’est comme respirer, c’est aussi la terre sans laquelle nous ne sommes rien et que nous devons absolument préserver. Quant au rouge, il est symbole de passion, de vie comme le sang qui coule dans les veines.

Vous accordez une place très importante au design dans votre façon d’aborder le vêtements jusqu‘à la scénographie de la boutique. Le design c’est important pour vous ?
Nous faisons du « vêtement libre ». Dans un processus collectif qui réunit designers, artisans, consommateurs, commerciaux, et fabricants nous cherchons à réconcilier le design (c’est-à-dire la recherche de la fonction, le travail sur la forme)avec l’esthétique (le bel objet joliment ornementé). Comme le designer, c’est l’individu qui nous intéresse avant tout. Sa morphologie, Ce qu’il fait, comment il vit, comment il bouge et comment nous pouvons au mieux répondre à ses attentes. Dès qu’un client entre dans la boutique, nous l’observons attentivement et discutons avec lui. Chaque personne est différente et mérite un accompagnement sur mesure. En fait je crois que nous aimons tout simplement les gens.

IMG_6154
Une marque proche de l’univers de la-galerie de design : la scénographie du showroom a été créée par Mickael Fabris, les cintres en textile par David Dubois tous deux designers

Des projets pour l’avenir ?
Nous aimerions être encore au plus près des attentes des gens, mieux s’adapter à leurs morphologies et leurs désirs pourquoi pas autour de la personnalisation de vêtements… Nous nous intéressons aussi aux textiles « santé » pour le côté innovation ou comment allier vêtement et bien être.

Notre première impression ne nous avait pas trompée. L’Herbe Rouge est une marque qui pousse vite, et d’une bien belle manière.

Et si l’Herbe Rouge était :
Une couleur : le rouge
Une odeur : l’herbe fraîchement coupée
Un goût : le cresson
Une matière première : l’eucalyptus
Une fleur : le coquelicot
Un vêtement : une combinaison
Une saison : l’été
Un métal : le cuivre
Un artiste : Hundertwasser
Un livre de chevet : L’Herbe Rouge de Boris Vian
Un pays : la France

*L’Herbe Rouge a été fondée en juin 2008 par Thibaud Decroo, expert de la gestion, de la création, de la distribution de produits mode et Arielle Levy, experte du développement et du management d’entreprise de mode.

Photos © JITMF

Rencontre avec Davina Shefet « For The Party People »

Chatoyance de couleurs fauves, joyeux bric à brac vintage, cabinet de curiosités bling bling, brocarts et soieries en attente d’ornements précieux… nous ne sommes pas à Byzance mais chez Davina Shefet ou plutôt dans son atelier, là où ses créations textiles inspirées et inspirantes prennent forme. De son imagination naissent des histoires poétiques qui se racontent par petites touches sur des foulards et des kimonos habités. De l’artisanat avec un grand A à l’ère du fast fashion et des digital natives qui ne jurent plus que par le virtuel, on aime ça.

©Justinthemoodfor
Joyeux bric à brac vintage

©justinthemoodfor

©Justinthemoodfor
Brocarts et soieries en attente d’ornements précieux

Davina est arrivée dans la mode « par hasard » et explique créer « par accidents » . Son talent semble lui échapper alors même qu’il nous éclate à la figure. Voyage quelque part entre l’orient et l’occident, For the Party People mais pas que…

Peux-tu te présenter ?
J’ai 27 ans, à la base je suis compositeur-interprète puis j’ai étudié la communication visuelle pendant trois ans à l’ECV. Je me considère un peu comme une touche-à-tout. J’ai commencé l’illustration et très vite j’ai eu envie de m’exprimer sur d’autres supports que le papier. Tout sauf des surfaces planes. Je me suis alors tournée vers le textile qui pose des contraintes soit de nouveaux challenges pour moi qui aime relever les défis. Travailler les pleins, les vides, le volume m’intéresse tout particulièrement. J’ai donc commencé à peindre sur des foulards puis de fil en aiguille sur des plus grandes pièces : des kimonos. En fait je me suis retrouvée dans la mode un peu par hasard.

©Justinthemoodfor
Ses illustrations

Qui se cache derrière « La Factory » que l’on trouve sur ton site* et quel lien y a t-il avec « For The Party People » ?
En fait il y a deux choses : « La Factory » qui est une agence de communication visuelle que j’ai créée qui traite des projets pour l’illustration, le web design, l’identité visuelle, la publicité et « For the Party People » ma marque de kimonos. Il m’arrive d’employer des free lance pour l’un ou l’autre de ces deux projets mais globalement, je suis seule derrière tout ça.

Pourquoi avoir choisi comme pièce phare de ta collection le kimono ?
Alors là c’est une très longue histoire. Il y a plusieurs raisons à cela.

La première est liée à mon histoire personnelle : à une époque où j’avais des problèmes de poids je recherchais toujours le vêtement qui allait à la fois cacher mes complexes et refléter ma personnalité. Ce devait aussi être un vêtement dans lequel je me sente bien, dans lequel je puisse bouger tout en me sentant mise en valeur. Je portais souvent des mailles extra-larges ou des vestes avec des détails particuliers pour attirer le regard là où je le désirais.

La seconde est liée à un constat de mon expérience en tant que vendeuse de vêtements : de nombreuses femmes recherchent des pardessus pour sortir or on ne leur propose que des blazers ou des étoles. Je trouve cela très limité. En fait, j’ai tiré la conclusion qu’il y avait à ce niveau une demande supérieure à l’offre et qu’il y avait sans doute quelque chose d’autre à proposer.

La troisième raison est liée à mes goûts et à ma personnalité : j’ai toujours été fascinée par la mode japonaise et par le kimono. Au Japon, on offre un kimono lors des grandes étapes de la vie comme un rite de passage. Je trouve ce côté sacré, cérémonial très beau. Je ne fais pas référence à l’univers des Geisha mais vraiment à ce que représente le kimono lui-même. Une amie m’a offert un kimono il y a un an alors que je venais de commencer à peindre sur des foulards et là ce fut une évidence, il fallait que je peigne aussi sur des kimonos !

©Justinthemoodfor
Sa palette de peinture sur soie
©justinthemoodfor
Détails de foulards peints à la main

« For The Party People », dois-je en conclure qu’il faut nécessairement être une créature de la nuit pour porter un de tes kimonos ?
En fait je cherche surtout à fuir toute sorte de stéréotypes. Je n’aime pas le côté austère et prétentieux de l’ambiance des soirées depuis la fin des années 80. Tu sais, ce côté bling bling très sélect avec des codes fermés et élitistes. Moi je voulais un univers qui soit joyeux, coloré, mixte, bon enfant et résolument ouvert d’esprit. La liberté c’est le mot clé. En définitive, « For the Party People » ne s’adresse pas uniquement aux gens qui clubbent mais avant tout à ceux qui cherchent à s’abandonner, à se réinventer. Le personnage du drag Queen par exemple est pour moi une source d’inspiration, c’est l’idée que, le temps d’une soirée, tu t’inventes un personnage pour mieux t’évader.

Quelles sont tes inspirations ?
La mode Japonaise, Kenzo, le mélange orient-occident, le fauvisme (Matisse en particulier), Chagall, Moreau, l’art Islamique… j’ai aussi été marquée par le style brut Danois -je suis Danoise d’origine- je m’en inspire dans ma manière de casser les codes.
Comme j’aime les références ethniques occidentalisées je cherche à créer par l’ornement des kimonos qui soient vraiment le reflet de ce pont entre orient et occident.

©justinthemoodfor
Kimono long « L’animal Hybride »

P1040539 Comment définirais-tu ton style ?
Brouillon dans le sens expressionniste, je crée par accidents. Je n’ai pas vraiment d’idées en tête ou alors même si j’en ai une elle m’amène souvent à un résultat que je n’avais pas prévu, c’est d’ailleurs l’échec qui me fait rebondir. Je suis dans un style ornemental, visuellement spontané, avec un trait qui se veut électrique, diffus, à l’arrache.
Pour les références je me situe à mi-chemin entre Hermès (pour le côté tradition, luxe, artisanat), Lacroix (pour le vêtement d’exception) et Kenzo (pour la mixité des inspirations).

As-tu un fil directeur dans tes créations ?
Oui le storytelling. En fait, chacun de mes kimonos raconte une histoire différente car avant même de peindre, j’écris des histoires que je traduis ensuite visuellement. Le livre Pop Culture de Richard Mémeteau a été une source d’inspiration pour l’une d’elle.
Ma première collection de Kimonos intitulée « Party with yourself » correspond ainsi à cinq petites histoires qui traitent des différents états du moi. Il y a « Le jardin d’hiver » (les visages du moi) , « L’animal hybride » (le moi dompté), « Le voyage » (le moi primaire), « Gilgamesh » (le moi sacré) et « Pop Culture » (le moi par le reflet). En voici deux d’entre elles :

 Le jardin d’hiver – Les visages du moi 
Un moment de recueil et de poésie, de superpositions, de cachoteries, de la profondeur sous une apparente légèreté, une fragilité pesante, un envol sous la neige. Douceur et gourmandises sur la route stratifiée du soi. Paradoxes et visages d’une féminité introspective.

L’animal hybride – Le moi dompté 
L’homme et la femme donc. Une nature domptée, des peaux de serpents qui forment des fleurs, un lézard sec mis sous verre comme un papillon, la confusion des genres, l’inversion des genres même. De la taxidermie au bestiaire, l’allure d’une chasseuse fétichiste qui collectionne et se vêt de ses conquêtes chacune traquée et aimée pour ce qu’elle représente. Du pouvoir et des accomplissements, de l’égo travaillé, une beauté violente presque castratrice. Artemis meets Merkel.
 

IMG_6958
« un envol sous la neige »

Comment se déroule la création de tes kimonos, quel est ton procédé de fabrication ?
La première étape est la réalisation de la toile/du patron suite à laquelle j’élabore mon imprimé inspiré de mes histoires. Je peins le prototype original entièrement à la main, ce qui me prend environ trois semaines. Enfin vient l’assemblage avec une couturière.
Si le résultat me satisfait, je scanne tout, je retravaille l’imprimé pour la production et je l’envoie pour l’impression digitale. Cela donnera lieu à des collections capsules de 30 pièces par modèle produite en Europe (probablement en Italie).
Côté matières mes kimonos sont 100% soie crêpe avec ajout de brocarts et velours pour les ornements.

©justinthemoodfor
Détails du kimono « Le sacré »
« Style ornemental, visuellement spontané, trait diffus »

Des textiles peints à la main directement sur des pièces en soie, des collections capsules produites en Europe… de l’artisanat et du local à l’ère du fast fashion c’est un risque ou plutôt un véritable pari. Pourquoi ce choix ?
Par manque de moyens d’abord comme je débute. Par éthique ensuite afin de m’assurer de conditions de travail correctes. C’est aussi un choix politique. Celui de proposer des créations uniques pour des personnes qui veulent se sentir uniques, il fallait donc que ma démarche soit cohérente avec mon propos. Je ne vais en effet pas proposer des vêtements identiques en masse sinon je perds l’identité de ma marque.

P1040542
Détail du kimono « Le jardin d’hiver »

IMG_6957 As-tu déjà envisagé la personnalisation, actuellement très en vogue dans le milieu de la mode, de tes kimonos ? Cela irait dans le sens de ton choix non ?
J’ai déjà fait des collab avec Andy Bradin et French Tobaco. Je choisis des artistes et je réinterprète, moi avec eux, leur univers. Il s’agit vraiment d’un travail main dans la main. Je commence par leur poser des questions pour cerner leur personnalité puis je crée avec mes outils habituels. Quand à la personnalisation, c’est une option que je propose pendant le crowfunding*.

Ta marque semble proche du lifestyle. Il ne s’agit pas que de mode et de kimonos sinon de prôner un certain état d’esprit/art de vivre n’est-ce-pas ?
Oui c’est vraiment ça, pour moi le plus important c’est que la personne s’amuse ! Je suis en effet proche du designer dans le sens où avant de me lancer, j’ai réalisé de nombreux tests d’usage/de situation. Il fallait que la personne puisse réellement avoir une totale liberté de mouvement en portant mes kimonos. Je me suis aussi donné comme challenge de réaliser un modèle qui soit unisexe et taille unique. Un challenge qui me pose de sacrés défis côté production ! Je cherche encore mais je pense qu’il s’agira de l’Italie.

Quels sont tes projets à venir ?
Commencer par obtenir des fonds grâce au crowfunding* ! Je suis au coup d’envoi de ma collection donc je vais déjà voir quels sont les retours face à mes créations. Sinon j’ai bien un autre projet en tête mais il est d’une toute autre matière…

Ça m’intéresse…
J’aimerais créer un women’s group, pour faire court il s’agirait de réfléchir sur le leadership au féminin. C’est un projet sur lequel je travaille avec la même amie qui m’a offert le kimono et qui termine actuellement sa thèse sur le sujet.

IMG_6966
Davina portant une de ses créations

Et si tu étais…
Une couleur :
le vert
Une matière :
le bois
un métal :
l’or
Un vêtement :
un kimono
Une odeur :
la cannelle
une saison :
l’automne
un paysage :
une plage nordique
une fleur :
de cerisier
une ville :
Paris
un pays :
la France
un plat :
du saumon quel que soit sa forme
un goût :
sucré (mais acidulé)
un réalisateur :
Mel Brooks
un écrivain :
Marguerite Yourcenar
une groupe de musique :
Motown
un courant artistique :
le fauvisme
une époque : à venir

Interview terminée, on quitte Byzance le Marais, la tête en effervescence pleine d’histoires mystérieuses, de légendes ancestrales, de teintes à la fois douces et violentes, de motifs orientaux, de rites sacrés, de métamorphoses, d’analyse sentimentales, de débats sur la confusion des genres… Tout est un peu brouillon, à l’image de l’atelier où l’on vient de voyager passer l’après-midi mais le sentiment, lui, reste net. Celui d’avoir rencontré une artiste avec un grand A. Davina, je te souhaite encore beaucoup d’autres belles histoires « par accidents » puisque c’est ainsi qu’elles surgissent du bout de ton pinceau.

Photos de l’article © JITMF